jeudi 16 novembre 2017

La cité de l'oubli

Sharon Cameron
Synopsis :
Tous les douze ans, les habitants de Canaan subissent l’Oubli, un mystérieux phénomène qui efface leur mémoire. Pas celle de Nadia. Elle seule n’a pas oublié. Elle seule se souvient que se père a profité de ce bouleversement pour l’abandonner… Le nouvel Oubli approche. Nadia doit percer le secret de cette fatalité avant que sa famille ne vole à nouveau en éclats. Avant que la ville ne sombre encore une fois dans le chaos.
Coûte : 17, 95 €
462 pages
En grand format
Nathan
Sorti en 2017.

Merci aux éditions Nathan ainsi qu'à Samia Chauvin pour ce service de presse !
Ma critique : face à cette couverture et à ce résumé très mystérieux, je ne savais pas du tout si j'avais devant moi une dystopie comme on en a maintes fois vu en littérature YA ou au contraire s'il s'agissait d'une dystopie novatrice et passionnante. Et je dois dire que je n'ai toujours pas la réponse exacte, même après lecture.

  Le fait que j'aie reçu ce livre en épreuves non corrigées n'a pas aidé : les fautes d’orthographe et les tournures de phrase marquées par la traduction de l'anglais ne m'ont pas servies pour m'imprégner du style de l'auteure, je n'ai donc aucune idée de quelle est la part de la traductrice et de l'auteure dans ce que j'ai lu. Ce que j'en retiens, c'est un style assez simpliste, qui ne m'a pas paru très travaillé et qui rend, du coup, des personnages parfois simplifiés.

  De l'autre côté, on a une intrigue intéressante, mais complexe. Parfois mal expliquée, elle montre à d'autres moments un fort potentiel. Disons qu'il y a comme une impression de déjà-vu à travers ce roman, de tout ce qui fait une bonne dystopie : un couple attachant, du mystère qui ne se révèle que peu à peu, une situation injuste contre laquelle se battre. Ces procédés étaient parfois utilisés grossièrement et parfois donnaient un véritable souffle à l'histoire. J'ai trouvé le milieu du livre et une grande partie de la fin passionnants, notamment dans les moments de grandes révélations où on comprend mieux l'univers construit par Sharon Cameron.

  Les personnages eux-mêmes m'ont paru assez cliché au début : Nadia l'asociale et Grey le beau garçon qui s'intéresse de près aux activités pas forcément légales de Nadia, me paraissaient fades. Cette impression a heureusement changé au cours de ma lecture car leurs sentiments, leurs inquiétudes et leurs actions se sont complexifiées et ont rendu ces personnages plus réels. La romance elle-même était plaisante à lire.

  Le roman se tient donc d'après moi en équilibre entre lieux communs de la science-fiction et fort potentiel qui te fait t'accrocher à ton livre pour mieux suivre la suite. Mon avis a été fortement biaisé par le fait qu'il s'agisse d'épreuves non corrigées (et, surtout, que ça se voit) donc j'espère ne rebuter personne avec ce livre car la vision de ce qu'est un bon livre de dystopie, à l'heure où de nombreuses sont déjà sorties, dépend réellement de chaque personne.

Bon livre... 3/5 ~

6 commentaires:

  1. J'ai la vague impression qu'il manque ta chronique ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouuuuups ^^' merci beaucoup, j'ai réparé cette erreur grâce à toi ♥

      Supprimer
  2. Il a l'air pas mal du tout, pourquoi pas :)

    RépondreSupprimer
  3. J'espère que les tournures de phrases ont été revus pour la version définitif, ce roman à l'air sympa :)

    RépondreSupprimer
  4. Je ne sais pas si ça pourrait me plaire... J'attendrai peut être une sortie à la médiathèque ^^

    RépondreSupprimer
  5. Perso je n'avais jamais lu une épreuve non corrigée aussi peut aboutie. ça ne m'a pas aidé a apprécier franchement le livre et mon avis et comme toi assez mitigé. Une structure un peu trop brouillonne et je ne me suis pas forcément attaché aux personnages. Dommage ça partait d'une bonne idée

    RépondreSupprimer

Merci pour votre commentaire ♥

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...